eat-and-run-oxytrail-2018-15

Oxy’Trail 2018 – 24km sur une jambe

Depuis mon premier trail lors de la Tournée des Ducs d'Angers, j'ai participé à la finale Adidas Running Paris lors d'un 10km qui ne restera pas dans les mémoires et battu mon record personnel sur la même distance une semaine plus tard en passant la ligne d'arrivée des Foulées du 12e en 00:39:30. J'ai aussi eu le temps de me blesser au mollet et au genou gauche lors d'une sortie Travoltesque au Rosa Bonheur.
Tout cela avant d'aborder ma sixième course en autant de semaines. Place à mon deuxième trail en un mois, place à l'Oxy'trail.

C'est donc blessé que j'ai rejoint les copains à Noisiel, une ville de Seine-et-Marne à une heure de transport de mon cher 18e arrondissement.
Nous allions porter le tee-shirt blanc de Frequence running, application running dont je suis ambassadeur, avec Greg et Johann. On croise toujours les même trombines sur les villages de courses, mais c'est toujours un plaisir de se retrouver.

Six petits jours avant l'Ultra Marin du Golfe du Morbihan, une toute petite semaine avant ce trail de 58km qui s'annonce compliqué et que je prépare depuis plusieurs semaines, c'était sans doute une mauvaise idée de prendre le départ de l'Oxy'trail avec une jambe gauche en pâte à sel en ce dimanche 24 juin 2018.

ça part vite

Les Fréquence runners étaient postés à deux pas de la ligne de déclenchement du chronomètre à quelques secondes du coup de corne de brume. Après quelques instants à me demander pourquoi je m'étais faufilé parmi les champions, bien conscient que j'allais me faire doubler par des coureurs valides et plus rapides, on s'envole pour 24km sur les bords de Marne.

On part beaucoup trop vite avec Johann. Mon poignet indique 4'02/km sur le premier kilomètre. C'est à peu près l'allure que j'adopte sur un 10km.
Tandis qu'il décide de garder le rythme, moi et ma jambe de bois préférons le laisser partir devant et ralentir considérablement.

Allez mon p'tit père. On va juste essayer de le finir ce trail.

Des p'tits trous, des p'tits trous...

Peu familier avec le trail, j'ai un peu de mal à trouver des appuis stables sur la diversité du terrain qui nous amène de Noisiel à Lognes, en passant par Champs-sur-Marne. Malgré mes chaussures de compèt' kalenji® XT7, mes chevilles vrillent un peu quand il s'agit d'affronter les trous dans l'herbe des premiers kilomètres. Cela reste quand même un détail à côté de la gestion de la douleur du mollet gauche, toujours un peu froid. J'ai décidé de courir avec mes manchons de compression BV Sport® pour éviter d'aggraver ma petite blessure.
Je me fais doubler sans arrêt sur les dix premiers kilomètres ce qui n'est jamais super marrant, mais je reste raisonnable et maintien une allure de 4'45/km.

Tranquille jusqu'au 15km

Passés les dix premiers kilomètres, on passe par des petits quartiers dont j'ignore complètement la géographie. Ces petites routes sans grand intérêt ont le mérite d'apporter un peu de stabilité aux appuis sur un sol dur. Tout le monde n'apprécie pas, moi oui ! Je commence à doubler des coureurs à mon tour, ce qui a le mérite de m'aider à retrouver un peu de force mentale.

Il commence à faire très chaud alors qu'il n'est que 10h30. Comme d'habitude, le dieu de la course à pieds nous a pondu un bon gros soleil de plomb pour l'évènement... Il fais toujours la même blague ça devient lourd.

On s'engage sur les bords de Marne en direction de la base de loisirs de Torcy. Moi qui ne connais pas du tout le coin, j'apprécie l'environnement et prends beaucoup de plaisir sur ce qui n'est que mon deuxième trail. La bonne nouvelle, c'est que le mollet me gêne un peu moins et que je parviens à maintenir une allure correcte.

//eat-and-run.fr/wp-content/uploads/2018/06/eat-and-run-oxytrail-2018-6.jpg

Finir dignement

La première moitié de la course s'est mieux passé que ce que je craignais et c'est plus facile de se motiver à aller jusqu'au bout quand on se dit qu'il reste moins de 10km à courir.
J'ai compensé cette douleur à la jambe gauche en adoptant une foulée pas vraiment naturelle. Résultat, c'est ma hanche gauche qui commence à grincer.
La situation me rappelle mon premier semi-marathon pendant lequel j'avais connu le même genre de souci.
Je ralentis forcément, pense à mon trail de 58km de la semaine qui suit et commence à penser qu'il est temps d'en finir.
Plusieurs participants sont à la peine sur le dernier tronçon qui nous fait longer le bassin de Champsfleuri. On se retape de l'herbe qui casse les chevilles et qui ralenti encore un peu plus le rythme. Il y en a qui marchent, certains sont même arrêtés. De mon côté, je sais que si je marche ou que je m'arrête, ça risque d'être compliqué de repartir avec mon aile gauche complètement débraillée.

J'arriverai sur le Parc de Noisiel en assez bonne forme pour donner un dernier coup d'accelérateur, rattrapant même Johann qui, de toute évidence, avait fini par subir la chaleur.

La vue de l'arche d'arrivée et les encouragements généreux du public me fait oublier toute douleur et les dernières foulées ne sont que plaisir.

Distance

24km

Temps

01:55:43

Allure

4:59/km

Classement

300 / 1792

Fier et content d'avoir couru pour le première fois sous les couleurs de Fréquence running, c'est sans surprise que je termine cet Oxy'trail en 01:55:43, ce qui n'est vraiment pas génial, mais loin d'être ridicule.
Je pense que mes manchons de compression BV Sport® m'auront été d'une grande aide pour tenir 24km sans empirer cette petite blessure qui aura fini par se dissiper progressivement pendant la course.

L'Oxy'trail est une course à faire absolument si vous aimez la discipline. Plat et aux terrains variés, le parcours permet d'envisager de bonnes performances.
L'organisation de la course quant à elle était irréprochable ainsi que le village de la course, équipé de douches, brumisateurs géants et stands de restauration. De quoi passer une excellent matinée de sport et de convivialité grâce à des bénévoles au top eux aussi !

Je recommande
99 %