SAMSUNG CAMERA PICTURES

J’ai couru 45km sur piste… une semaine après le Marathon de Paris

Le 8 avril 2018, je courais mon 3ème marathon lors du marathon de Paris 2018. Une semaine plus tard, sans que ce ne soit vraiment prévu, j'ai couru 45km... sur une piste d'athlétisme.

La Adidas Runners League est une grande source de motivation pour beaucoup de coureurs, sur Paris et dans le monde entier. Depuis 4 ans, une vraie communauté aux maillots noirs et blancs émerge et le "AR" sont de plus en plus nombreux aux quatre coins de Paris et aux quatre coins du monde.

Chaque année, Adidas challenge les différents quartiers de Paris afin de créer un élan de motivation et un esprit de compétition, tout en restant bon enfant. Des points sont gagnés par le biais des réseaux sociaux, de courses officielles, et en organisant des évènements plus exceptionnels qu'on appelle Multirun.

C'est lors d'un de ces Multirun, au stade Charléty, que j'ai pu vivre cette expérience hors du commun; tourner en rond sur une piste pendant 4h30.

Run until you drop

Pour ceux qui ne parlent pas américain, "Run until you drop" veut dire "cours jusqu'à ce que t'en puisse carrément plus et que ça veut dire que tu vas tomber par terre tellement t'en peux plus". C'était le principe du Multirun #2 de cette saison Adidas Runners League.
Concrètement, nous allions devoir nous caler sur le rythme d'un mec à vélo, sans se laisser distancer de plus 10 mètres pendant plus de 5 secondes sous peine d'être éliminés.

Pour mon quartier

Nous étions 8 volontaires (4 femmes - 4 hommes) de chez Adidas Runners Pigalle pour se livrer au défi du jour, et autant de coureurs pour chacune des 8 équipes AR Paris. Nous étions donc 64 partants, divisés en 4 pelotons de 16 coureurs, à 10h00 en ce dimanche 15 avril 2018.

Les 8 guépards de feu avant le départ

Partis sur une allure de 10km/h, nous avions deux heures pour réaliser les innombrables premiers tours de piste que nous appellerons : l'échauffement. Dans notre peloton, nous étions tous d'accord que le plus compliqué à gérer lors de ces premiers kilomètres était la taille de nos vessies.

Deux heures plus tard, nous avions le droit à une première pause de... 5 minutes. Juste le temps de s'alléger le bas ventre, avant de repartir.

Je ne suis pas sûr que ce soit vraiment raisonnable. Mais bon, je le fais pour mon quartier !

En mode hamster

Nous passerons de 10km/h à 11km/h au bout de 2h30 de course. La différence n'est pas flagrante mais je pense que nous étions tous fatigués de piétiner à côté de notre "véloman". Une bonne ambiance régnait dans notre peloton. Nous avions le temps de faire connaissance et de discuter un peu, de se donner quelques conseils, de se prêter nos bouteilles d'eau. Ça, c'est le côté bisounours des AR Paris 🙂

Passé la troisième heure de course, les visages se fermaient petit à petit et nous parlions beaucoup moins. Peut-être un peu déboussolés par cette éternelle boucle de 400 mètres que nous réalisions pour la 70ème fois ce matin.

J'avais pas prévu ça...

A ma grande surprise, la grande majorité des coureuses et coureurs sont toujours en course passé les 30km. Pourtant il commence à faire chaud et il devient nécessaire de s'hydrater régulièrement.

Encouragés par nos supporters de feu, les gars de Pigalle et moi tenions bon jusqu'à ce que Maxime coupe la route involontairement à Romain. Un guépard de Pigalle fait chuter un autre guépard... Romain se déboitera l'épaule dans sa chute et ne réalisera qu'un tour de piste de plus.
Nous n'étions plus que 3 coureurs de l'équipe. A savoir qu'il faut être au moins deux coureurs du même sexe pour rester en course.

Nous nous approchions rapidement de la distance du marathon. C'est là que j'annonce aux gars que je vais m'arrêter dans deux ou trois tours.

Les mecs, j'ai couru un marathon y'a une semaine. Faut pas pousser l'hôpital à faire la grimace !

Tout ça pour rien

Finalement, Guillaume et sa cheville en papier mâché auront lâché avant moi. Je tiendrai quelques tours de plus en essayant de ne pas sceller l'avenir de Pigalle pour de bon mais j'annoncerai à Maxime que mes cuisses en bois d'acacia ne peuvent plus assurer une fois atteints les 45km.

Tout comme les filles une heure auparavant, nous serons la première équipe masculine à abandonner. Après 4h30 d'effort, 45km et 110 tours de pistes, Adidas Runners Pigalle sort du multirun bons derniers avec 0 points.

Personnellement, je suis très fier d'avoir porté les couleurs des guépards pendant autant de temps et de kilomètre malgré l'évidente déception de finir derniers. L'ambiance était folle ! les supporters de tout AR Paris étaient au top toute la matinée.

L'organisation a assuré au niveau du ravitaillement pendant la course et en mettant à disposition des coureurs un repas plus que copieux à la fin de l'épreuve. Par contre nous faire courir en rond pendant toute un journée avec 5 minutes de pause entre chaque bloc de 2 heures, faudra m'expliquer.

Pour l'histoire, c'est l'équipe de Bastille qui remportera ce multirun avec, côté masculin, une course de 7h24 !! Des machines les gars !

L'action créa

Notre dernière chance de gratter quelques points sera l'action créative de ce Multirun par le biais de stories instagram. Des stories que j'ai eu l'honneur de réaliser avec l'aide de mes super-models 😉