DCIM103GOPRO

La Tournée des Ducs d’Angers – Mon premier trail

Après mes quatre marathons en un an, il était temps pour mes petits pieds fragiles de fouler autre chose que du bitume. J’ai profité d’un week-end dans le pays d’Anjou pour participer à mon premier trail ! C’est lors de l’évènement Tout Angers Bouge que j’ai pris part à la Tournée des Ducs, un trail de 28km à travers le pays d’Angers.

Le trail est une discipline qui m’est totalement étrangère lorsque je me présente en ce samedi 2 juin 2018 aux salons Curnonsky, au centre ville d’Angers, pour récupérer mon dossard. Le coureur parisien que je suis fut agréablement surpris de pouvoir obtenir un dossard, un tee-shirt de la course et une bouteille de Saumur, le tout en à peine 5 minutes.

En bon gros débutant, j’ai mis dans ma valise le même équipement que d’habitude, à savoir mon tee-shirt fétiche, un short pas trop court, de la bande omnifix pour ne pas irriter mes tétons, de la crème Nok anti-frottement pour les pieds et mes chaussettes Injinji préférées. J’y ajoute juste une casquette en prévision d’un soleil trop présent et cale mes nouvelles chaussures Kalenji XT7 qui s’apprêtent à vivre le baptême du feu.

La valise est prête mais les jambes le sont beaucoup moins. Malgré mes nombreuses sorties dans les escaliers de Montmartre, je n’ai pas effectué de préparation physique spécifique pour cette course. Bien au contraire, elle fait partie de ma préparation pour les 58km de l’Ultra-Marin du Golfe du Morbihan auxquels je participerai le 30 juin 2018.

Le matin de la course, c’est à 6h30 et encore un peu dans le flou que je me présente sur le parking de la place de la Rochefoucauld pour rejoindre les navettes qui nous mèneront vers le lieu de départ, encore tenu secret à ce moment de la journée. Dans le flou, car c’est mon premier trail, et que je ne sais pas trop comment je vais devoir gérer ma course.

Le départ se fera finalement depuis l’Arena de Trélazé. Aucune signification pour moi, je ne connais pas cet endroit. Je ne sais même pas où on est. Deux choses ne changent pas par rapport à d’habitude, la file d’attente devant les toilettes, et la présence de coureurs Adidas Runners ! Même dans la campagne angevine, on se retrouve entre coureurs à trois bandes.

Il est 8h00, nous sommes beaucoup de coureurs sur la ligne de départ (18km et 28km mélangés), j’ai les bonnes chaussures aux pieds et la casquette bien vissée sur la tête. C’est parti pour une matinée vers l’inconnue.

Les premiers mètres partent forts, j’essaie de me caler sur l’allure moyenne des coureurs mais il est difficile de discerner les dossards des coureurs qui partent pour 18km de ceux qui m’accompagneront jusqu’au 28e. Je commence à paniquer un peu quand je me rends compte qu’on est parti sur une moyenne de 4’30/km. Cela me semble assez rapide pour une telle distance, sur un terrain inconnu, d’autant que j’ai les jambes un peu raides.
On tiendra l’allure sur les trois premiers kilomètres, en passant par des sentiers boueux, des chemins de pierres, des petites côtes entre les branches… Je kiffe grave et suis bien content d’avoir chaussé mes Kalenji XT7 pour cette course.

Nous sommes nombreux sur ces premiers chemins étroits, trop peut-être. Nous sommes obligés de marcher, voire de nous arrêter complètement lorsque nous rattrapons les courageux coureurs accompagnants les joêlettes, qui peinent à franchir certains obstacles. On les encourage au passage. Une bonne ambiance règne entre les coureurs.

Le parcours deviendra roulant au bout de pratiquement cinq kilomètres. Les écarts se feront à partir de là. Je me retrouve dans un groupe avec des coureurs apparemment habitués de la discipline. En voyant que la plupart porte un sac de trail sur le dos, je commence à me demander si j’ai bien fait de partir sans aucune provision. J’ai cru que j’allais faire un 10km…

Le parcours est tellement varié qu’il est impossible d’essayer de se fixer une allure. L’organisation nous a concocté un trajet super sympa qui nous fait passer dans différents bâtiments du coin. De l’institut Mongazon au camping du lac de Maine, en passant par une piscine dont j’ai oublié le nom, on montera un nombre incalculable d’escaliers. Déjà que je ne savais pas du tout à quelle allure il fallait que je cours, ces différents obstacles auront fini de me convaincre qu’il fallait oublier la montre sur cette épreuve. J’y vais donc au plaisir et me prends même à sourire dans le vide pendant l’effort.

C’est juste avant le 15e kilomètre que les dossards de Trail du Roi René (18km) bifurque pour nous laisser continuer sur la Tournée des Ducs (28km). Et là, Bim ! Je me retrouve carrément seul. Moralement, c’est vraiment pas cool, d’autant qu’il commence à faire bien bien chaud.

Je profiterai du passage au camping du lac de Maine au semi-marathon pour mouiller ma casquette au robinet avant de vraiment ralentir la cadence. Je m’arrête même complètement au deuxième ravitaillement de la course au 22e kilomètre pour manger un peu, et surtout boire beaucoup d’eau. Je suis desséché !

Je ne me souviens du reste de la course que du cadre super agréable sur les bords du lac de Maine jusqu’au centre d’Angers. J’avoue que je commence à peiner un peu même si je rattrape quelques participants en souffrance. Je suis, malgré tout, toujours seul lors du passage dans les petits bois (trop) discrètement balisés. Je suis à deux doigts de me perdre.

Ça sent la fin, nous entrons dans le centre-ville d’Angers. Passage incontournable, les ultimes mètres nous font passer par les marches montant jusqu’à la cathédrale, en haut desquelles je finirai complètement cramé pour les avoir montées beaucoup trop vite. Ceci avant de nous mener jusqu’au célèbre château des Ducs d’Anjou. Je vous laisse deviner ce qui nous y attend...

Sérieusement ? Encore des escaliers ?!

C’est une fois en haut des remparts que nous retrouverons pleins de coureurs de plein d’épreuves différents de l’évènement. Il y a maintenant un peu trop de monde autour de moi. Le mec n’est jamais content…

C’étaient les derniers mètres, il ne reste plus qu’à foncer vers la ligne d’arrivée sans trop traîner les pieds et savourer, comme à chaque course, ce moment de délivrance.

Distance

27,5km

Temps

02:27:46

Allure

5:13/km

Classement

93 / 653

Je termine mon premier trail en 93e position sur 653 participants. Je ne m'attendais absolument pas à faire un TOP 100 ! Ce bon classement reste toutefois anodin tellement j'ai pris du plaisir à participer à cet évènement.

Beaucoup de fois, les copains m'ont vanté les mérites du trail. Je confirme largement que cette épreuve procure des sensations bien différentes que la courses sur route. Incomparable !
J'y ai vécu l'une de mes plus belles courses, bien aidé par ce beau soleil angevin et par le parcours très bien pensé par l'organisation.